Quelles emotions?

« Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire ; sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait, qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. (…) Il se fit un silence de terreur. » Les mots de Victor Hugo ont deux siècles, et ils disent ce lundi d’avril, vers 19 heures, où Paris n’est plus qu’un cri : Notre-Dame brûle ! Notre-Dame brûle !

Le ciel encore bleu se fend d’une colonne de fumée jaune, que l’on regarde sans y croire. On ne voit d’abord qu’elle, qui enfle et gonfle, toujours plus jaune, puis blanche, puis jaune à nouveau. Et en son cœur, ce brasillement orange qui dit que oui, Notre-Dame brûle. Et l’on reste là, figé, hébété par cette image médiévale.

La flèche s’empourpre, la fumée la voile et la dévoile. A chacune de ses réapparitions, elle semble plus fragile. De la fenêtre d’un toit de Paris, on fixe avec un mélange de fascination et d’effroi cette pointe de 93 mètres de haut qui se fait déchiqueter par les flammes. D’autres images reviennent en mémoire. Les tours du World Trade Center, bien sûr, en septembre 2001. Et l’on pressent la suite, on la guette. On croit voir la flèche pencher. On se trompe sans doute. Elle n’est plus qu’une aiguille dont le chas, soudain, se brise. Le feu la mord, toujours plus fort. Elle se rompt.

«À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel», racontait encore l’auteur. Dans le roman de Victor Hugo, il s’agit d’une diversion du sonneur de cloches Quasimodo pour faire fuir les truands qui attaquaient l’édifice.

utopianmagazine.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *